Internet face aux attentats

Plus de téléphone ? Vive le mail !

Un état des lieux de la cyber société est fait dans cet article de l'édition électronique du journal Transfert.

Au programme, l'explosion du trafic sur les différents sites web concernés, une explosion identique de la messagerie et des mailing-lists, et les réactions des marchés financiers, dont cet extrait :

Dans la salle des marchés de BNP-Paribas, à Paris, on suit toute la catastrophe en direct sur CNN. Un informaticien résume l'ambiance : "Les mecs couraient partout en gueulant au téléphone. C'était hallucinant de voir la ligne de partage entre ceux qui continuaient à traiter les ordres pour engranger et ceux qui avaient plutôt envie de vomir en apprenant que la bourse de Paris avait finalement décidé de ne pas fermer." Business as usual.

Sans commentaire…

De nombreux sites Internet ne répondaient plus, assaillis par les internautes du monde entier qui voulaient savoir en temps réel se qu'il se passait. Celui de TF1, par exemple, menait en fait sur le site de Colt, son hébergeur.

Un newsgroup a même été créé : alt.terrorism.world-trade-center.

Mais tout le monde s'est finalement rabattu sur la bonne vieille télévision, plus à même de montrer toute l'horreur de ces attentats…

Autres articles sur le même sujet :


  1. screenshot of Life Happens: Towards Community Support For Prioritizing Life Events And Mutual Care, Starting With The #IndieWeb

    Tantek Çelik avatar Tantek Çelik

    Life Happens: Towards Community Support For Prioritizing Life Events And Mutual Care, Starting With The #IndieWeb

    When these things happen, as a community, I feel we should respond with kindness, support, and understanding when someone steps back from community participation or projects. We should not shame or guilt them in any way, and ideally act in such a way that welcomes their return whenever they are able to do so.

  2. screenshot of The Prodigal Techbro

    Maria Farrell avatar Maria Farrell

    The Prodigal Techbro

    Allowing people who share responsibility for our tech dystopia to keep control of the narrative means we never get to the bottom of how and why we got here, and we artificially narrow the possibilities for where we go next.