Respecter les usages courants

L’innovation, ça a du bon, ça fait avancer. Mais à trop innover, on perd les utilisateurs en chemin, parce qu’on leur impose de nouvelles choses qui ne sont pas identiques aux habitudes qu’ils ont prises. Comme le disait Voltaire1, « le mieux est l’ennemi du bien ».

En arrivant sur un site Web qu’il ne connaît pas, ou en prenant en main un nouvel outil, l’utilisateur doit pouvoir comprendre rapidement, et le plus intuitivement possible, comment il fonctionne.

Cela lui sera d’autant plus facile que ce sera similaire à ce dont il a l’habitude par ailleurs, sur les sites ou avec les outils similaires.

Si l’on a une idée géniale de nouvelle façon d’utiliser un outil de la vie courante, on aura beau avoir réellement innové pour faire avancer les usages vers plus de facilité, intuitivité, sécurité, etc., on risquera de perdre des utilisateurs qui ne verront pas l’innovation, mais un écart par rapport à leurs habitudes.

Toute innovation, sans pour autant être complètement freinée, doit donc être tempérée par le risque de rejet de la différence. Plus l’écart sera grand, plus il faudra soigner l’accompagnement au changement.

  1. Ou plutôt un sage Italien, d’après la source, La Bégueule… ⬆︎

Si vous voulez signaler une erreur ou proposer une modification de ce texte, n'hésitez pas à l'éditer directement à la source sur Github.

Webmentions (?)

No webmentions were found